Rechercher

A Train of Thought (version française) par Nigel Roth

Dernière mise à jour : 9 janv.



Nous sommes en 1920.


Le long des avenues, des cheminots parisiens flânent après avoir fait grève contre le capitalisme et les dommages que celui-ci, selon eux, inflige à leurs vies. Peu de trains circulent à Paris, et les gens sont obligés de se déplacer à pied ou en taxi dans la ville de Georges-Eugène Haussmann.


Mais, dans l'atelier de Robert Marescot, ils circulent, et sont sur le point de sortir d'un tunnel sombre et lugubre pour changer le monde.


Le monde du modélisme ferroviaire, c'est-à-dire le seul qui compte.


Marescot, j'ose le dire, était assez unique.


Parce qu'à l'époque où d'autres sociétés célèbres comme Märklin et Hornby créaient des modèles réduits de locomotives et de voitures qui ressemblaient à des briques de métal roulant gauchement, son œil pour le style, la précision et l'échelle était unique.


Aujourd'hui, nous publierions notre talent en ligne et serions écrasés par ceux qui ne cherchent qu'à bannir l'individualité et l'innovation ; mais à l'époque, l'année même où les États-Unis ont rendu le contrôle des chemins de fer américains aux sociétés ferroviaires d'origine pour qu'elles puissent se développer, évoluer et s'épanouir à leur manière, Marescot a fait la seule chose qu'il pouvait faire.


Il a créé une société et commencé à fabriquer des modèles réduits aux justes proportions.


Bien sûr, d'autres fabricants deviendront des gros bonnets du modélisme des années 20 et 30, parce qu'ils avaient rapidement compris que le marché se composait principalement de consommateurs peu exigeants et peu connaisseurs, qui se réjouissaient de voir un morceau de fer blanc se déplacer autour d'un rail arrondi assez moche, soutenu par des plaques de métal bizarres, tout en criant " hourrah ", " hourra " ou " hurra ", ou simplement en grognant.


Ainsi, pour des sociétés comme Märklin, Bing, Hubner, Georges Carette et Karl Bub en Allemagne, Hornby et Brimtoy au Royaume-Uni, Paya en Espagne, JEP, LR, Charles Rossignol et Edobaud (qui semblent en fait avoir produit des trains à la mauvaise échelle, peut-être confondus avec l'échelle standard américaine) en France, et Lionel, Knapp, Beggs, Marx, Voltamp et Elektoy aux États-Unis, il suffisait d'une vague ressemblance avec un train pour gagner les cœurs et changer les signaux.


En outre, lorsqu'il s'agissait de wagons ou de voitures, ce que les connaisseurs appellent le matériel roulant, la plupart des modélistes abandonnaient tout simplement.


Même lorsqu'ils produisaient des locomotives d'un niveau plus exigeant, même si elles n'étaient pas encore exactement à l'échelle, tout en veillant cependant à ce qu'elles aient le même nombre de roues que le prototype, et qu'elles soient dotées de fenêtres permettant aux faux conducteurs de voir à l'extérieur plutôt que d'abominations lithographiées, ils considéraient souvent le matériel d'accompagnement comme une activité secondaire qui ne méritait que très peu d'attention.


Par exemple, l'organisation JEP, qui était en fait un collectif démocratique d'artisans issus de disciplines telles que la ferblanterie, l'horlogerie et la fabrication de jouets, regroupés pour faire face à une concurrence plus agressive et obtenir une publicité moins chère par le biais d'un catalogue unique, créa un modèle assez précis, bien que certainement raccourci, du BB 8101 de la Société Nationale des Chemins de Fer Français (SNCF). Ils se contentèrent cependant d'assembler quelques tôles pour créer des pseudo-wagons, qui ressemblaient un peu à des boîtes de haricots cuits peintes à la maternelle et posées sur le côté.


Les premiers wagons en fer-blanc étaient encore plus épouvantables, dépourvus de tout semblant de style correct, et ne devaient leur succès qu'à des roues réglées sur un écartement de voie standard (la distance entre les rails sur lesquels ces ratés roulaient).


Les pires coupables sont probablement les fabricants américains, dont le mépris flagrant pour les proportions, la précision et le style a été célébré par des fabricants de jouets comme Lionel, Knapp, Beggs, Marx, Voltamp et Elektoy. Ils ont créé des modèles dont les plans ont été dessinés dans des fumeries d'opium. A la fin de la nuit.


Lionel n'a jamais vraiment retrouvé le sens du style, et leur incapacité à trouver la bonne "sensation" les poursuit encore aujourd'hui. Enormément.


Mais dans son petit atelier, Marescot se concentrait encore plus sur les éléments stylistiques.


Il y avait bien sûr des entreprises qui considéraient que l'échelle était importante, et qui s'efforçaient de reproduire le matériel roulant existant dans les livrées correctes (le design et les couleurs spécifiques à la compagnie ou à la ligne de chemin de fer), en créant des modèles en bois et en métal aussi précis que possible. Bassett-Lowke, Exley, Leeds (LMC), Mills Brothers (Milbro), Bonds O'Euston et Bowman au Royaume-Uni, ont tous réalisé des modèles assez fidèles aux véritables prototypes, principalement à l'échelle 0 (environ 1:43-48), bien que les premiers modèles aient également été réalisés à l'échelle 1 et 2.


Mais en reproduisant de cette manière, ils ont presque toujours oublié le style. C'est peut-être plus un commentaire sur la Grande-Bretagne des années 1920 que sur les modélistes qui transpiraient dans des salopettes grises dans des bâtiments gris sous un ciel gris à Greyfriars.


Mais je m'égare.


Pour Robert Marescot, le champion incontesté de l'échelle fine - un terme utilisé pour différencier les modèles aux détails et proportions plus fins de ceux qui ressemblent moins ou, dans de nombreux cas, pas du tout aux prototypes dont ils prétendent s'inspirer - rien n'était plus important que de sentir la pièce juste.


Ses modèles, qui se vendaient à un prix supérieur à celui de la plupart des autres entreprises, étaient à la fois proportionnés et réalistes, reproduisant les voitures de l'État et de la NORD, les lignes PLM et PO, qui régnaient sur les voies avant que la SNCF ne s'en empare dans le but d'éradiquer toute nuance et de célébrer l'homogénéité.


Ses voitures étaient tout aussi essentielles à sa perfection artistique que les locomotives exceptionnelles qu'il construisait, et il leur accordait la même attention, créant de magnifiques modèles en métal, avec les bonnes combinaisons de couleurs, la bonne échelle de taille et de gabarit, et une subtilité qui incarnait le style français des années 1920, assis de manière unique au confluent de la proportion et de la magie.


D'autres entreprises ont essayé.


Comme Herkules en Autriche, qui a fabriqué très peu d'exemplaires, Elettren et Inco Giochi Rivarossi en Italie, Hag et BUCO en Suisse, mais aucune n'a réussi à réunir toutes les composantes.


La tentative de Hornby dans ce domaine a été sa voiture Pullman spéciale No2, proposée dans une livrée classique marron et crème et un peu plus réaliste que les boîtes de conserve typiques, et qui servait de vaisseau amiral très étroit et donc plus cher de la gamme de voitures Hornby à la fin des années 1920, même si elle avait de fausses fenêtres avec des inserts en celluloïd illustrant des lampes et des rideaux pour divertir le collectionneur britannique moins averti.


Et la gamme de voitures de quarante centimètres de Marklin du milieu du siècle, dont il n'existait que quelques variantes, se distinguait de ses soeurs plutôt trapues et laides, et offrait un niveau d'échelle et de détail qui semblait correct, mais qui était souvent un peu trop robuste à l'allemande, on suppose pour survivre aux rigueurs de la course et du jeu.


Mais Marescot, et plus tard Marescot-Fournereau, lorsque Jean-Edmond Fournereau a ajouté son nom à la société dans les années 1930, n'a rien oublié.


Après avoir été menacés d'être enrôlés dans l'armée, les cheminots parisiens reprirent rapidement le travail, car graisser des tétons pour un faible salaire vaut mieux que d'être physiquement démantelé par un Browning M2.


On ne sait pas si cela a affecté Marescot, mais il ne s'est certainement jamais arrêté dans sa quête de créer des modèles raffinés et gracieux, proportionnés et précis, qui captaient le style de la France des années 1920, et le souvenir d'une époque maintenant révolue.


Les wagons Marescot ont eu une courte vie de production, qui s'est terminée au milieu des années cinquante. Mais on peut encore les trouver aujourd'hui et, malgré tous les progrès réalisés dans le domaine du modélisme depuis que Robert Marescot s'est assis dans son atelier il y a plus de cent ans pour réfléchir à ses modèles, ils sont toujours plus justes que la plupart des modèles en plastique d'aujourd'hui, produits en série dans un souci de vente.


Photo by Kevin Bidwell

8 vues

Posts récents

Voir tout
Logo Header.png