Rechercher

Are we all looking up? par Katia Elkaim



La crise climatique que nous traversons est sans précédent… On le sait, on nous le dit. Des jeunes gens, plus ou moins jeunes d’ailleurs s’attellent à alerter l’opinion publique et les médias par des actions fortes dans le but de réveiller les consciences politiques sur l’urgence. Nous sommes tous abreuvés d’informations, de spécialistes en tout genre et finalement rien n’y fait. Pourquoi, parce que l’urgence ne nous apparaît pas comme si urgente et, phénomène bien connu, à force de nous culpabiliser pour tout, on finit par ne plus le supporter et tant pis si ça pète !


Et puis sort une comédie, une tragédie, en fait on ne sait pas : « Don’t look up ». Une doctorante astronome repère par hasard une grosse météorite extrêmement vaste qui fonce tout droit vers la terre. L’urgence n’est plus une urgence, c’est une question d’heures.

Ce film est une satire de notre indifférence et de notre égoïsme et il met en lumière mieux que tous les discours de spécialistes l’absurdité de nos réactions autodestructives. Ce sont les mêmes que celles du fumeur à qui l’on explique par le menu que la prochaine cigarette peut le tuer et qui persiste dans la pensée magique que cela n’arrivera pas, parce qu’au fond de chacun de nous – et c’est tant mieux – il y a la tranquille certitude que nous sommes immortels et invincibles.

La question de la vie éternelle peut donc sembler bien futile, si les conditions de la vie tout court ne sont pas réunies.

Si la science s’évertue à trouver des parades à l’obsolescence programmée et néanmoins naturelle de nos cellules, quelle utilité à toute cette énergie mise si l’humain qui possède le corps fait de son mieux pour le gâcher ?

Et malgré tout, les discours se veulent un petit peu rassurants : Si l’on s’y met tous ici et maintenant, sans attendre, alors la situation serait rattrapable. Mais comment le sait-on ? N’est-ce pas là juste une affirmation pour nous maintenir sur cette frontière fragile où l’espoir est encore permis au lieu de basculer au-delà de cette lisière où en désespoir dépassé, plus aucun effort n’est exigible de qui que ce soit ? En réalité, on en sait probablement rien du tout.


Quoi qu’il en soit, allez voir ce film si vous ne l’avez pas vu, parce qu’il a au moins le mérite de vous faire réfléchir sur notre processus de prise de conscience.


En repensant à ce film l’autre jour, je me suis demandé s’il avait aussi en partie été inspiré par cette découverte insolite faite par un étudiant astronome Tyrone O’Doherty qui est tombé par hasard sur un signal puissant qui ne pouvait venir d’aucun objet céleste déjà connu. Cet objet envoie vers la Terre un signal toutes les 18,18 minutes. L’objet est apparu en 2018 pour disparaître et soudain réapparaître quelques mois plus tard. Il tournerait sur lui-même, mais à une vitesse plutôt basse, ce qui dans la bouche d’un astronome ne veut rien dire du tout parce que lorsqu’on leur demande à quelle distance de la Terre cette chose se trouverait, la réponse est : Assez près, à 4000 années-lumière, autrement dit un voyage de 4000 ans à la vitesse de la lumière, soit 300'000 km/s, bref dans le voisinage !


Certains parlent déjà de présence extra-terrestre.


Et je dois dire que cette nouvelle est plutôt rafraîchissante.


Photo by Alex Andrews

39 vues

Posts récents

Voir tout
Logo Header.png