Dave le Mystérieux par Nigel Roth


En 1885, alors que le soleil se couchait au cœur de la chaleur torride et poussiéreuse du Kansas, un homme masquait son visage d’un bandana et se sauvait en comptant ses étoiles porte-bonheur et ses balles.

Cet homme n'avait pas eu le temps de lire le Wichita Daily Eagle, de sorte qu'il ne savait pas que l'indice Dow Jones venait d'être créé, ni que Louis Pasteur avait découvert un vaccin contre la rage. Il ne savait pas non plus que l'Arbroath FC avait battu le Bon Accord FC par trente-six buts à zéro, ce qui constituait la victoire la plus écrasante de l’époque, record toujours actuel.

Non, il fuyait rapidement sur son cheval, vers des contrées inconnues, pour ne plus jamais être revu.

Il s'appelait Dave; Dave le mystérieux.

Il avait déjà été surnommé “le mystérieux” avant de disparaître, mais pas avant d’avoir dévalisé plusieurs trains au Nouveau-Mexique, tiré dans différents saloons et s’être livré à de la contrefaçon au Texas. Dans son palmarès, on trouvait pêle-mêle des vols de prostituées, des assassinats et la défense de hors-la-loi à New Kiowa, la ville qu'il fuyait ce 6 septembre.

Il n'était pourtant pas le premier homme masqué à se diriger vers ces collines.

En 1696, le pirate connu sous le nom de Henry Every alias Avery, Jack Avery, John Aver, Every, Benjamin Bridgeman, Long Ben ou simplement Le Grand Pirate ou même Le Roi des Pirates, s’en est allé de même, un chapeau au goût salé fiché bas sur son front, en entretenant la plus grande confusion sur son identité. Il n'a plus jamais été repéré, malgré une bonne décennie de recherches et une forte prime sur sa tête bien connue des pirates.

La différence, c'est que Dave le mystérieux a quant à lui coulé son navire.

Né à Saybrook, Connecticut, en 1851, le mystérieux Dave Mather s'est rendu aussi loin que possible dans ce far ouest sans foi ni loi, endroit où il a fait son nom et perdu son identité. Si Dave fit ses premières armes comme simple marin, il doit l’extravagance de sa vie à la vente de fausses briques d'or, activité qu’il a exercée avec son complice Wyatt Earp, avant d'être engagé par Bat Masterson comme homme de main appelé à faire respecter les limites territoriales des chemins de fer. Si Masterson a poursuivi une carrière respectable de reporter à New York, Dave le mystérieux a été plus à l’ouest encore, sur tous les plans.

C’est ainsi qu’il devint Marshall adjoint au Nouveau-Mexique, ce qui lui permit de dévaliser un train. Après son acquittement, lui et son patron, Joe Carson, déclenchèrent la célèbre fusillade du saloon Close & Patterson, don’t le bilan fut de deux morts et de deux blessés, que Dave le mystérieux s’arrangea pour faire lyncher avant de tuer Joseph Costello, un homme d'affaires local.

Bien qu'il s'agisse bien du Far Ouest, Dave le mystérieux était à tout le moins mystérieusement dérangé.

Soupçonné d'être aussi tordu que le nez de John "Jack" McCall, Dave le mystérieux quitta la ville et se rendit à Dallas, au Texas où il fut arrêté pour contrefaçon et vol d'une robe en soie, de deux bagues en diamant et de la montre d'une prostituée, Georgia Morgan. Acquitté une nouvelle fois - et réalisant que la soie lui démangeait les mollets - il se rendit là où tous les bons hors-la-loi se rendent, à Dodge City, au Kansas.

Il n’était pas le premier à fuir une situation délicate.

En 1829, le célèbre voleur de corps, William Hare, trahissant son acolyte William Burke, révéla à la police les crimes horribles don’t ils s’étaient rendus coupables. Après la pendaison de Burke, notamment pour avoir dérobé des corps qui n'étaient pas tout à fait décédés, Hare s’enfuit en Angleterre et se fondit dans la masse, arborant un masque d’honorabilité.

De retour à Dodge City, Dave le Mystérieux fut à nouveau engagé comme Marshall et, aussi étrange que cela puisse paraître, comme gérant d'un saloon, dans lequel il servait de la bière à moitié prix, ce qui contraria considérablement ses associés, notamment un certain Tom Nixon. Bien sûr, comme vous commencez à connaître les méthodes de Dave le mystérieux, vous connaissez la suite.

Oui, il tira sur Nixon et, devinez quoi, il fut acquitté!

Celui qui ne fut pas relâché aussi facilement, en revanche, fut le "Roi du sertissage", Joseph "Bunko" Kelly. Ce truand enleva et vendit à des capitaines de navires, en quinze ans de carrière, plus de deux mille hommes contraints de devenir matelots. En 1908, à sa sortie d'un pénitencier de l'Oregon, le visage caché par un foulard de marin, il s’en fut à son tour à tout jamais. En effet, Kelly avait réussi à faire passer pour des hommes vivants, vingt-deux corps à 52 dollars par tête, et l’effigie grandeur nature d’un indien en bois comme marin valide.

Cela étant, aussi mystérieux qu’il fut, Dave était malgré tout prévisible. Lorsque son frère, Josiah, arriva à Dodge City, ils se rendirent au Junction Saloon pour y boire une bière de salsepareille et y faire un poker tranquille avec un homme appelé David Barnes.

La suite?

Et bien oui, il tua Barnes et fut accusé de meurtre; mais à la surprise générale, étant donné son passé, il fut néanmoins autorisé à payer une caution et c’est sans grande surprise qu’il se fit la malle, mais cette fois pour aller à New Kiowa, au Kansas.

C'est là qu'il a été vu pour la dernière fois. Après avoir collecté des fonds pour défendre un autre meurtrier, Dave Black, dont Dave le mystérieux craignait la vengeance, il partit, tout simplement, avec son bandana poussiéreux et on a plus jamais entendu parler de lui.

Le frère de Dave survécut aux fusillades, aux saloons, aux hors-la-loi et aux bordels, et déclara catégoriquement que c'était la dernière fois qu'il avait vu son frère.

Il faut reconnaître qu’il est parfois difficile de reconnaître les gens lorsqu'ils portent un masque.

Va, Dave le mystérieux, va!

Picture by Elijah Hail

17 vues

©2020 par Empowerment foundation