Rechercher

Down a Hollow to a Cavern (version française) by Nigel Roth

Dernière mise à jour : 4 mars 2021



Si je vous disais que j'ai navigué cette semaine sur la mer de Mirovia, en route pour la pointe sud du pays de Rodinia, après avoir traversé les plaines infinies de Laurentia et d'Ur, et chevauché la marée sur l'océan Poséidon, vous penseriez probablement que j'essaie d'imiter CS Lewis ou JRR Tolkien, en décrivant un monde magique et merveilleux situé dans une période sombre d’une quelconque préhistoire où les humains n'étaient rien de plus que des paillettes dans des étoiles méconnues.


Si, en revanche, je vous disais que j'ai autrefois fait un voyage depuis le Kioram, en passant par l'Egyplose et Tanje, par les terres de Mylosis et Calnogor, et enfin à Hilar dans les grandes étendues d'Atvatabar, vous pourriez penser que je me réfère aux pitreries de Bruce Chatwin ou de Paul Theroux, traversant les confins de la Patagonie, ou encore pagayant près des îles océaniques dans un seau.


Et bien sûr, vous auriez raison de penser que ces deux voyages sont impossibles.


D'abord parce que j'aurais dû vivre il y a des milliards d'années sur notre jeune Terre, confrontée à de nombreux défis atmosphériques, et que je n'ai pas l'air assez âgé pour cela, et ensuite parce que j'aurais dû être d'accord avec le plus grand géophysicien, mathématicien, météorologue, et physicien que le monde ait jamais produit, le brillant astronome royal Edmond Halley, qui a calculé la taille du système solaire, prouvé que les lois du mouvement de Sir Isaac Newton étaient justes, et mis au point le cycle de retour complexe de la comète qui porte maintenant son nom, sur le fait que la Terre était en fait creuse.


Oui, creuse.


Clive Staples Lewis a lui aussi longuement réfléchi à l’hypothèse d’une Terre creuse, mais seulement comme issue de secours pour le Prince Rilian, qui a presque décidé de visiter le Royaume des Vraies Profondeurs à six mille pieds sous terre, en échappant à la Chute des Terres Souterraines et à cette chaise d'argent hallucinante. Oui, mais tout cela dans le monde fantastique de Narnia, où la Dame de la Bouteille Verte exerçait son influence.


Et, alors que dans de nombreuses cultures, il existe des récits sur le sous-sol, de l'Hadès grec au Svartalfaheimr nordique, de l'Enfer au Shéol, du Shamballa tibétain au Cruachan celtique, sans parler des récits sur la masse originelle qui commencent tous par l'émergence des lieux souterrains pour se terminer par celle de la variole. Il aura fallu un Américain du XVIIIe siècle pour s'approprier réellement cette théorie bizarre.


Entrez dans le monde de John Cleves Symmes Junior, un homme de trente-huit ans, qui rejoignit les pseudo-sciences auxquelles nous sommes tous confrontés, grâce à nos gouvernements respectifs.


Né au milieu d'un soulèvement révolutionnaire de huit ans et demi, le jour même où le chef Little Turtle a vaincu le grand colonel Augustin De la Balme, Symmes fit appel à son oncle, John Cleves Symmes Senior, pour gravir les échelons jusqu'au grade de capitaine dans l'armée américaine.


Alors que l'oncle Symmes se distinguait comme colonel pendant la guerre d'Indépendance, puis comme délégué au Congrès continental et comme beau-père du président William Henry Harrison, Symmes Junior se fit connaître pour ses affirmations selon lesquelles la croûte terrestre avait une épaisseur d'environ seize cents kilomètres, avec une entrée dans la partie creuse aux deux pôles, Arctique et Antarctique, ce dernier étant un peu plus large, évidemment.


Nous pouvons nous moquer de la folie de l'hypothèse de Symmes, évoquée entre la vente de tabac à mâcher à des soldats et de tabac à pipe à leurs commandants, tout en gérant un magasin général, sans grand succès, dans la ville frontalière de St Louis, dans le Missouri. Ce n’est donc pas en postulant pour le poste de professeur d'astronomie savilienne à Oxford qu’il a étalé sa théorie, comme l'a fait Edmond Halley lorsqu'il a suggéré que l'aurore boréale était le résultat de la fuite de gaz des profondeurs des nombreux dômes concentriques rotatifs de la planète, dans lesquels une atmosphère lumineuse maintenait les habitants du sous-sol en vie et en bonne santé.


Halley n'a pas obtenu ce poste, principalement parce que Sir Isaac Newton a trouvé le temps de défendre un autre candidat, à un moment où il ne recherchait pas la légendaire pierre philosophale et "l'alchimie de la confusion", ce qu'il a fait pendant au moins trente de ses quatre-vingt-quatre ans de vie.


Mais revenons à nos moutons pour constater que Symmes suscita des réactions mitigées à la publication de sa note n° 1, en 1818, qu'il avait faite circuler à ses propres frais. Elle fut envoyée, dit-il, à "chaque gouvernement étranger significatif, au prince régnant, à la députation, à la ville, au collège et aux sociétés philosophiques, dans toute l'Union, ainsi qu'aux membres individuels de notre Assemblée Nationale".


Dans cette circulaire, il déclarait que "la terre est creuse, et habitable à l'intérieur ; elle contient un certain nombre de sphères solides et concentriques, les unes dans les autres, et est ouverte aux pôles à 12 ou 16 degrés ; je m'engage à soutenir cette vérité, et je suis prêt à explorer le creux, si le monde me soutient et m'aide dans cette entreprise".


Il est à noter que si Symmes, Halley, Jean-Antoine "Louis Milfort" Le Clerc et d'autres ont tous affirmé que la Terre était creuse, ils l’ont aussi décrite sphérique, ce qui, bien sûr, permettrait à l'intérieur d'être là.


À l'époque où Symmes mâchouillait ses premiers aliments solides, Le Clerc explorait les grottes de Creek Indian, près du confluent des rivières Rouge et Mississippi. Ces cavernes, disait-on, étaient l'endroit où les premiers ruisseaux ont émergé à la surface de la Terre du plus profond de la planète, et Le Clerc déclara que les cavernes pouvaient contenir jusqu'à quatre-vingt-mille personnes. Il y vécut pendant une vingtaine d'années et devint un ami très cher de leur chef, Alexandre McGillivray, qui, vous l'avez peut-être compris, n'était pas entièrement Creek, même si sa mère était effectivement Muscogee.


Quoi qu'il en soit, je ne mentionne la nature sphérique de la Terre que par contraste avec la Flat Earth Society, dont les membres, des originaux, font fi des preuves photographiques, des relevés GPS, des voyages dans l'espace, des alunissages et de tout autre support à la vérité, et soutiennent que la "Terre est un disque avec le cercle arctique au centre et l'Antarctique, un mur de glace de 150 pieds de haut, sur le pourtour. Les employés de la NASA, disent-ils, gardent ce mur de glace pour empêcher les gens de l’escalader et de tomber du disque".


Symmes, bien sûr, n'avait aucune des technologies dont nous disposons maintenant pour faire de cette vérité une évidence, plutôt qu'une simple probabilité. Et, bien que la plupart aient répondu à sa circulaire par des plaisanteries et des moqueries, comme nous le faisons pour tous ceux qui prétendent que la Terre est plate, il entama une campagne pour défendre son opinion, en inondant son entourage de factums et de lettres, et même en donnant des conférences au sujet de notre Terre creuse.


Mais il ne s'est pas arrêté là. Symmes voulait toujours aller aux pôles pour tester sa théorie de l'entrée dans l'Arctique.


Dans son idée, que je suis heureux de ne pas partager, il imaginait que les pentes de ces entrées polaires étaient suffisamment progressives pour qu'on puisse y descendre, à l'opposé des tubes volcaniques de Jules Gabriel Verne, dans la Terre. Ils sont devenus connus, malheureusement, comme les "trous de Symmes".


Mais il ne s'agissait pas de trous sombres.


Contrairement à la lumière artificielle qui se présente comme un soleil dans le sous-sol, Symmes croyait que l'intérieur de la Terre recevait la lumière du soleil réfléchie par la surface de la sphère suivante vers le bas, rendant ainsi la terre habitable. Il a également professé que toutes les autres planètes étaient également creuses, je suis surpris que l'Astronome Royal n'ait pas évoqué ce fait dans un élan alchimique, et a écrit sept mémos supplémentaires décrivant ce phénomène et d'autres dont le monde devait vraiment prendre note.


Et c'est ce qu'il a fait.


The Light Between the Spheres, a fini par gagner un public beaucoup plus large lorsqu'il a été publié dans le National Intelligencer et le Washington Advertiser, qui a circulé dans tout Washington. À la suite de cette publicité, Symmes commença à donner des conférences, de façon peu convaincante il faut le dire, sur sa théorie de la Terre creuse, en utilisant un modèle en bois de la planète avec des extrémités amovibles, objet qui est maintenant exposé à l'Académie des sciences naturelles de l'Université Drexel.


Et il obtint un soutien populaire pour son expédition en Arctique grâce à son obstination, à tel point que le naturaliste français John James Audubon fit un dessin de lui en 1820 avec la légende suivante : "L'homme au trou au Pôle".


Toute collecte de fonds prend du temps. Il faut trouver les bons sponsors, entrer en contact avec les bailleurs de fonds les plus influents et établir les contacts nécessaires. Symmes ne faiblit jamais dans sa détermination à faire de son expédition une réalité et à prouver une fois pour toutes que la Terre était creuse.


Ainsi, après neuf autres années d'écriture et de pamphlets, de voyages de ville en ville, de conférences sans fin malheureusement assez nasillardes sur sa théorie, Symmes franchit une étape dont il ne pouvait faire marche arrière.


Il mourut.


Et ç’en fut terminé.


Personne n'est allé chercher ses trous, et personne n'est allé se promener dans le noyau ensoleillé de la Terre. Il n'a jamais écrit de livre sur l'œuvre de sa vie et n'a pas pu prouver sa théorie, ni personne la réfuter de son vivant.


Certains de ses fervents disciples ont publié ses idées après son décès, comme James McBride qui a composé la théorie des sphères concentriques de Symmes en 1826, et Jeremiah N Reynolds qui a écrit Remarques de la théorie de Symmes en 1827. Un professeur éthéré, W.F. Lyons, a publié The Hollow Globeen 1868, et le propre fils de Symmes, Americus, a produit en 1878, la théorie des sphères concentriques de Symmes, avec un titre accrocheur : Démontrant que la Terre est creuse, habitable à l'intérieur et largement ouverte sur les Polonais, compilée par Americus Symmes, à partir des écrits de son père, le capitaine John Cleves Symmes.


Et finalement, après avoir consacré toute sa vie à la théorie de la Terre creuse, nous pouvons au moins dire que Symmes a finalement réussi à atteindre les enfers, probablement pas comme il s’y attendait.


Photo by Pat Whelan

147 vues

Posts récents

Voir tout
Logo Header.png