Rechercher

Found in translation par Katia Elkaim



J’ai rencontré Vita il y a quelques jours. Elle a plus ou moins mon âge, des enfants jeunes adultes, une ex-maison, un ex-chat, un ex-mari qui vient aussi d’avoir un bébé, une sœur, des parents.

Elle a de l‘humour, un peu noir…elle raconte des histoires, sa vie…beaucoup d’histoires.

Mais voilà ! Vita ne parle que le russe et quelques pauvres mots d’anglais absolument insuffisants pour tenir une conversation et moi, avec mon banal français, je ne connais pas un traître terme de la langue de Tolstoï au point de ne pas distinguer le début des mots et la fin de ceux-ci dans une phrase.

Vous parlez d’un problème…

Le premier jour, nous avons fait des gestes et des mimiques : « toi, moi, manger ??? »

« Moi, fatiguée, dormir. »

« Moi partir travailler ! »

« Toi, ok ? » avec un pouce levé bien droit.

« Okeyyyy !» Autre pouce levé bien droit.

Et puis le petit miracle : Google translate et sa version conversation. Un bip, tu dictes et ça traduit simultanément. Un bip, elle dicte et je la comprends.

Au début, nous étions un peu empruntées et la conversation n’était pas vraiment fluide :

« Bip : Tu as des nouvelles de ta moisie ? »

« Bip : J’ai reçu un appel, il y a eu une explosion près de mon poisson ! »

« Bip : C’est terrible… »

Haussement d’épaules.

Le logiciel a fini par s’améliorer un peu et nous nous sommes surprises à converser très naturellement :

« Bip : Qu’as-tu fait de ta journée ? »

« Bip : Je suis allée en ville et nous avons fait les démarches pour obtenir le permis S. »

« Bip : Ah et ? »

« Bip : ça prend du temps. Nous devons être patients. »

Et puis nous avons commencé à nous en envoyer des sms. Je les écris en français et en lettres arabes et je les lui envoie en russe et en cyrillique.

« Привет, Вита, У меня назначена встреча на ранний вечер. Не жди, пока я поем. »

Elle me répond en français.

« Bonjour Katia, nous allons bien, ne vous inquiétez pas, tout va bien. À la soirée ! »

Nous ne pouvons ni l’une, ni l’autre, nous relire.

L’autre soir, nous sommes sorties et avons tenu une conversation intense.

« Bip : Est-ce que tu as des nouvelles de la maison? »

La voix de la dame répète de son ton un peu lent et monocorde : « Есть новости из дома? »

Elle répond : « Bip : Новости не хорошие » et la même voix de me dire : « Les nouvelles ne sont pas bonnes. »

Avec le temps, nos conversations sont devenues presque naturelles. Nos bips s’entrechoquent. Son téléphone capte ma voix car nous n’arrivons plus à rendre assez vite les micros silencieux pendant que l’autre dicte. La vitesse de la conversation prend le dessus. Elle comprend certains de mes propos avant que la dame ne les traduise et lorsque nous sommes dans un sujet bien précis, je commence à saisir ce qu’elle dit.

Jusqu’au moment où nous n’avons plus de batterie !

Le silence ! Nous voilà rendues muettes…Absolument invalides.

Nous nous regardons en essayant la télépathie et à grand renfort de gestes et de fous rires mais seule la frustration nous répond.

Alors nous reprenons le chemin de nos quartiers respectifs en attendant de recharger les accus, perdues sans notre prothèse.

Et je pensais à cette autre très vieille et proche amie à qui j’ai commencé à m’adresser en anglais, car nous ne parlions alors pas la même langue. Aujourd’hui, elle parle un français parfait, mais nous continuons à parler l’anglais comme si notre relation n’était pas la même en français ; et elle n’est effectivement pas la même. C’est très curieux, mais je n’ai pas l’impression de m’adresser à la même personne. Nos accents ne sont pas perçus de la même façon et tout le non-verbal est changé, comme s’il était lui aussi lié à une langue.

Vous me voyez donc venir avec mes réflexions à deux balles : Quand Vita aura appris le français, réussirons-nous à communiquer normalement ou notre relation n’existera-t-elle que par Bips interposés ?

« Bip : Salut Vita, as-tu quelque chose de prévu pour ce weekend ? »

« Bip : Je dois aller traduire pour des Russes qui ont fui leur régime ! »


Photo by Pixabay

125 vues
Logo Header.png