Rechercher

Houston, You have a Problem (version française) par Nigel Roth




Il y a quelques instants, alors que je m'asseyais pour écrire, l'hélicoptère « Ingenuity » a décollé de la surface d'une planète située à deux cent quatre-vingt-quinze millions de kilomètres de mon clavier, volé dans le ciel martien pendant cinquante-deux secondes et grimpé à environ cinq mètres dans le ciel de cet autre monde.


Les photos qu'il a prises étaient stupéfiantes, surtout si l'on considère la distance qui nous sépare et le fait que nous pouvons contrôler le drone à distance depuis le siège de Jet Propulsion Laboratory de la NASA, quelque part aux États-Unis.


Et cette parcelle de terre orange et poussiéreuse d'où le vaisseau spatial a décollé, et sur laquelle il a atterri avec une belle précision, a été baptisée par l'équipe américaine de la NASA, soucieuse de respecter l'histoire, "Wright Brothers Field", en l'honneur de cette autre première historique, lorsque Felix du Temple de la Croix, inventeur et aviateur français, a reçu le tout premier brevet pour un avion en 1857, un monoplan à vapeur avec lequel il a volé en 1874, peut-être pendant cinquante-deux secondes.


Non, attendez, cela ne peut pas être juste, parce que les Américains qui ont marqué l'histoire ne se seraient pas trompés de héros.


Certainement le point de départ de l’Ingenuity a-t-il été baptisé en l'honneur d'Alexander Fyodorovich Mozhayskiy, le pionnier russe, dont le vol sur 30 mètres en 1884, avec décollage assisté, fut bien sûr le véritable premier vol, comme nous le savons tous maintenant.


En fait, cela n'aurait pas de sens non plus. Je suppose donc que le Wright Brothers Field porte plutôt le nom de l'inventeur français Clément Ader, qui a été le premier aviateur à réaliser un vol autopropulsé en 1890, dans son avion à vapeur "à ailes de chauve-souris".


Oui, mais… ça ne colle pas non plus. Houston, tout va bien ?


Je suppose que ce que l'équipe américaine de la NASA a vraiment fait, c'est donner à ce terrain le nom du fantasque Hiram Maxim, dont l'énorme Maxim Flyer, avec son envergure de cent-quatre pieds et son moteur à vapeur à double hélice, a volé à une hauteur de presque un mètre cinquante en 1894.


Mais là encore, ce serait absurde.


Non, je suis certain que la NASA a dû appeler le Wright Brothers Field en l'honneur de l'Américain Augustus Moore Herring, qui a fait voler son planeur à air comprimé à plus de sept mètres de hauteur en 1899, juste à côté de St Joseph, dans le Michigan.


Ou peut-être en hommage au héros américain naturalisé Gustave Whitehead, qui a fait voler l'un de ses nombreux avions à vapeur en 1899, et un avion à essence en 1901 à Fairfield, dans le Connecticut.


Mais cela ne semble toujours pas être le cas, n'est-ce pas ?


En fait, je pense que le lieu a dû être nommé en l'honneur du révérend Burrell Cannon, dont le dirigeable Ezekiel a volé à quatre mètres d'altitude en 1902, ou de l'aviateur allemand Karl Jatho, qui a fait voler son propre avion à moteur "à ailes plates" tout au long de l'année 1903, à des altitudes de plus de trois mètres, avec un vol sur environ soixante-quinze mètres, et à nouveau en 1909 sur des distances beaucoup plus longues.


Mais je ne peux pas imaginer que l'équipe américaine de la NASA, qui a planifié le premier vol de l'Ingenuity avec tant de soin pendant des années, puisse avoir donné à une aire de décollage le nom d'un mauvais pionnier de l'aviation, n'est-ce pas ?


Non, il faut croire qu'en réalité ils lui ont donné le nom du Néo-Zélandais Richard Pearse, qui a travaillé sans relâche à partir de 1899, développant un avion ultraléger qui a volé magnifiquement sur une bonne distance en 1903, avant un atterrissage houleux tout à fait caractéristique.


Malheureusement pour Pearse, il n'y a pas eu d'enregistrement photographique de son vol, et sans le même niveau de publicité et de promotion que celui accordé aux tristes frères Wright, il semble que l'histoire ait oublié d'enregistrer le premier avion à moteur réussi au monde, et le premier vol contrôlé et soutenu d'un avion motorisé plus lourd que l'air.


C'est pourquoi la NASA a tenu à prendre des photos de la planète rouge et à diffuser le vol en direct dans le monde entier, au cas où personne ne les croirait, ou aurait inventé sa propre histoire d'autopropulsion, ou se serait empressé de dire que nous avions déjà posé un objet mécanisé sur Mars il y a près de cinquante ans,


Ce que nous avons fait, sur ce que j'ai maintenant nommé de manière appropriée, et sans la réécriture américaine de l'histoire de l'aviation, le Richard Pearse Field.


Houston, ça vous pose un problème ?


Photo by Tom Leishman

Logo Header.png