Rechercher
  • Ambassadeur

Ils sont allés de l'avant : Un récit édifiant par Nigel Roth


Au milieu de l'année 1824, un homme appelé Lozier se réveilla avec une idée en tête. d’où elle est issue, nul ne le sait, mais elle a germé dans son esprit comme de la gelée dans un océan.

En 1950, Lothar Malskat s'est lui aussi réveillé avec une inspiration. Elle avait fait son chemin pendant plusieurs jours et s'était finalement imposée à son esprit, comme une idée brillante.

Les deux hommes tentaient de réaliser quelque chose d'un peu impossible, mais plutôt que d'accepter cette réalité, ils sont allés de l'avant. Le problème de la fuite en avant, bien sûr, est que les chances de succès sont souvent assez faibles et que l'issue en est souvent désastreuse.

Ainsi, Lozier a sauté du lit, pris son manteau, attaché sa culotte marron et s'est rendu à grands pas au café pour boire son thé du matin et peaufiner son plan. Puis, un papier soigneusement plié sous son bras musclé, il est ressorti, a grimpé sur une caisse de lait retournée, s'est éclairci la voix et a commencé à décrire ce qu'il avait l'intention de faire avec l'île de Manhattan à quiconque voulait bien l'écouter.

Lothar Malskat se leva ce matin-là, et se précipita vers la cathédrale Marienkirche sous la bruine de Lubeck. Son costume parfaitement coupé resta assez sec et il arriva sur son lieu de travail en se sentant pimpant et confiant. Il réunit ses collègues autour de lui et commença à décrire ce qu'il avait l'intention de faire avec ces fresques étranges.

Lozier, fut accueilli par de nombreux hochements de tête bienveillants et fut salué avec enthousiasme par tous, des quartiers chics de Brownstones aux habitations de Five Point. Il fixa une date et se rendit directement chez le ferronnier pour commander la plus grande scie possible.

Lothar Malskat finit de décrire son plan et convainquit ses collègues. Ils prirent la chaux qu'ils avaient mise de côté pour la construction d'un grand mur et la répandirent sur tous les murs de la cathédrale. Une fois fait, Malskat se mit au travail.

Le problème était que les deux plans étaient pour le moins douteux. L'un était complètement farfelu, l'autre ridiculement fallacieux. Pourtant, tant Lozier que Malskat se sont attelés à la tâche, car ils avaient déjà décidé dans leur cerveau de se lancer. Penser que dans leurs esprits, à un moment donné, l'idée que les choses doivent être revues, les idées réévaluées, les contre-arguments de personnes avisées pris en compte ou même que des scénarios catastrophes puissent être envisagés n’est que pure spéculation. Il est certain que les deux hommes auraient gagné à regarder la vérité en face et à adapter leurs plans en conséquence.

Mais, comme tant d'autres avant eux, d’autres plus nombreux encore après eux, et quelques-uns en ce moment même, ils sont allés de l'avant.

Ainsi, par une matinée ensoleillée à New York, une foule s'est retrouvée à l'endroit et à l'heure convenus pour voir Lozier couper l'île de Manhattan en deux, la remorquer dans le Sound, la faire tourner complètement et la rattacher, afin de la stabiliser et de la sauver du naufrage.

Cent vingt-cinq ans plus tard, par une fraîche matinée en Allemagne du Nord, une autre foule s'est rassemblée à l'endroit et à l'heure convenus, pour voir les fresques restaurées de leur bien-aimée cathédrale.

Les deux foules ont été témoin des conséquences de la poursuite d'un plan voué à l'échec. Malskat, qui avait blanchi à la chaux les fresques d'origine les avait remplacées par de nouvelles fresques comprenant des images de sa femme, de Marlène Dietrich, ou de Grigori Raspoutine, entre autres. S’il s'est félicité de ses œuvres "restaurées", il a été recherché par la suite et emprisonné. Lozier, qui ne savait pas couper de la moutarde et encore moins l'île de Manhattan, n’est tout simplement pas venu et a disparu.

Il reste à voir si nos dirigeants actuels sauront adapter leurs plans et leurs décisions en fonction des connaissances professionnelles à leur disposition, ou si, comme nos intrépides faussaires, ils iront simplement de l'avant en espérant tromper les foules.

Nigel Roth, 2020 rothandfriends@gmail.com

0 vue

©2020 par Empowerment foundation