Le dîner du futur "Je suis ce que je mange" par Leila Delarive

Révolution verte, perte de biodiversité, nourriture industrielle et impact sur notre microbiome, gaspillage alimentaire, accès à l'eau, impact écologique de la production de viande.....


Le dîner du futur s'est déroulé cette année dans le cadre idyllique de la Maison Buttin-des-Loës à Grandvaux, au coeur de Lavaux, notre patrimoine universel.


Des passionnés du goût, de la matière, de la vigne se sont mobilisés pour partager leur vision du futur de la nourriture et du vin.


Gabriel Serero a réalisé un menu 7 plats, végétaliens, en réussissant la prouesse de recréer des mets que nous consommons quotidiennement, sans aucune matière carnée et déchets. En entrée, un plateau à partager, convivialité un temps retrouvée en cette période effroyable, composé de saucisson de légumes, de billes d'eau mentholée, de jardin comestible d'épinard, de chèvre cendré.



Tortillas, crackers et bâtonnets......100% insectes comestibles, made by gourmets bugs. ça vous tente? Nous oui! Jean-Yves Cuendet, ancien médaillé olympique, est convaincu qu'être entomophage permettrait de résoudre les problèmes de pollution liées à l'industrie de la viande et de nourrir en suffisance les milliards d'individus qui vont manquer de nourriture d'ici 2050.





Saviez-vous qu'il n'est point nécessaire de recourir aux cellules souches pour produire de la viande et mais que le génie créatif permet de recréer la matière de ce fameux steak tant consommé à travers le monde? L'Entrecôte de pastèque froide, servie avec sa vinaigrette épaisse de fanes de carottes à l’estragon ainsi que sa salade de peau de pastèque thaï et tête de dragon nous ont offert une variante convaincante et zéro déchets grâce à la transformation de la matière par saumurage!


Puis, pour faciliter la digestion, rien de mieux qu'une sucrine brûlée et nato sur son lit d'Udon d’été de charbon. De quoi nous mettre en appétit pour le second plat de résistance....


La bonne côtelette, plat vénéré par les amateurs de bbq carbonisés, s'est présentée à nous sous son meilleur jour: une vraie fausse côtelette de lentilles, accompagnée de sa purée au lac à la crème de champignon. Autant de protéines que sa version carnée. Du goût, et surtout, consommable à souhait par les personnes qui souffrent de dysphagie, qui sont celles auxquelles Gabriel, à travers sa société Emotion Food, veut venir en aide.



Toujours dans l'idée de permettre à chacune et à chacun de retrouver le goût des aliments, sans nécessairement devoir mâcher, le dessert en point d'orgue: Poire caramel beurre salé biscuit amandes sur Praliné pétillant. Une explosion de goût et des sens pour terminer ce magnifique repas du futur en beauté.



Gabriel Serero, nous vous remercions de nous avoir emmenés hors des sentiers battus, et de nous avoir démontré que la créativité et le génie culinaire permettent une cuisine gaie, colorée, tout en respectant le goût des aliments sans chimie et autre artifice.


Les vins mis à l'honneur ce soir étaient aussi là pour nous rappeler l'importance capitale de préserver notre environnement. Blaise Duboux (https://www.blaiseduboux.ch/), dont la famille est dans le vin depuis 500 ans, nous a servis ses vins d'exception cultivés en biodynamie. Le respect de la terre, de la vigne pour magnifier les propriétés du vin, ce nectar créé pour sauvegarder la santé de l'homme face aux risques d'empoisonnement de l'eau alors non potable. Blaise s'engage dans le respect de la tradition séculaire pour lui donner un avenir. C'est ainsi que ces vins ont obtenu le label Vinatura, accordé à celles et ceux qui parviennent à sublimer le terroir et ses fruits. "Notre quête d’authenticité exige un savoir-faire et un respect irréprochable des traditions et de l’environnement." C'est aussi cela innovation. Blaise, soyez ici remercié. Votre savoir-faire et votre vision nous ont illuminé.


Un dîner du futur n'est rien sans se poser aussi les bonnes questions sur notre rapport à la nourriture, notre façon de consommer et ses impacts. Christian Nils-Schwab, directeur exécutif de l'Integrative Food & Nutrition Center de l'EPFL et Président de la Food Valley, nous a permis d'en apprendre plus sur la révolution verte, les impacts de la production alimentaire et l'agriculture intensive, l'accès à l'eau, et le défi que pose la production de nourriture en suffisance pour substanter les milliards d'habitants que comptent la terre. L'appauvrissement des sols, la production de CO2 générée par la production alimentaire, des consommateurs qui renoncent à exiger une nourriture de qualité et saine, tout est lié dans les circuits alimentaires. De la graine à l'assiette, nous sommes toutes et tous responsables de l'impact hautement négatif de nos comportements alimentaires.


Pour creuser et aller plus loin, Christian Nils-Schwab a compilé une liste de lecture, à retrouver ici . Merci pour votre soutien Christian, de votre engagement sans faille pour éclairer les consommateurs et les consommatrices sur le futur des possibles en matière de food et foodtech.


Cette soirée n'aurait pas été possible sans le soutien de Maylane et Dimitri, qui se sont donnés corps-et-âmes pour vous faire vivre un moment exceptionnel. Merci à vous. Votre engagement bénévole va au-delà de ce qui est possiblement imaginable.



Merci également à tous nos supporters, qui nous ont offert des boissons, des accessoires et tout ce qui est nécessaire pour faire vivre une expérience unique et incroyable.




Enfin, merci à vous, tous les participant-e-s de ces si belles soirées.


134 vues

©2020 par Empowerment foundation