Moi, Jahia 8 ans, pucée par Pr. Solange Ghernaouti

Mis à jour : mai 17




Fiction

13 mai 2020

***

Dans mon village, tout le monde a la peau noire - ou presque.

Les blouses blanches comme on les appelle, sont des blancs.

Dans mon village, tout le monde est jeune.

Les vieux sont morts.

Le virus les a tués.

Le virus a été plus fort que mes parents.

Mes parents sont allés retrouver leurs ancêtres au paradis des ancêtres.

Maintenant, c’est moi l’ancêtre.

Moi, je suis moi et ma puce, je ne suis pas seule.

Elle est là, sous ma peau, elle me protège.

Les blouses blanches m’ont demandé avec un grand sourire si j’aime manger du riz?

Moi, j’ai répondu OUI.

Les blouses blanches ont dit, tu vois ce grain de riz, il est spécial.

Il va aller sous ta peau, dans ton bras.

Il sera avec toi pour toujours.

Il te protégera du méchant virus et des autres.

Il est spécial. Il dit silencieusement qui tu es et où tu es.

Regarde dans le ciel ces oiseaux de métal, ce sont des drones.

Tu vois là-bas, ces chiens d’aciers, ce sont des robots.

Ton grain de riz si gentil, est drôlement fort, il parle avec eux.

Les blouses blanches sont parties, d’autres sont arrivées.

Les autres n’avaient pas de blouses, mais des Tshirts.

Des Tshirts avec des lettres des B des G, des C, des Z et des Found.

Ils ont parlé du grain de riz, ils l’appelaient LA PUCE.

Ils avaient l’air contents.

Ils parlaient de milliardaires, de fondations qui échappent au fisc, de projets qui assurent leur enrichissement.

Personne ne comprenait ce qu’ils racontaient mais on aimait bien qu’ils viennent.

Avec La Puce on avait à manger.

Avec La Puce, on était en sécurité

Des fois, c’était bizarre, on avait l’impression de comprendre leurs mots mais ça n’avait pas de sens. Ils parlaient de gamin-cobaye, d’état faible, de pauvreté, de guerre, d’un marché mondial.

Les sons « Ko » « rup » et « ssion » les faisaient beaucoup rire.

Un jour, ils sont partis.

Ils ont laissé les oiseaux drones et les chiens robots.

Et moi.

Moi, qui suis de moins en moins moi.

Moi, qu’on appelle maintenant la puce.

Moi, qui est leur puce, je me souviens de ma mère.

Elle me disait « un rire bienveillant peut cacher un cœur noirci de méchanceté ».




0 vue

©2020 par Empowerment foundation