• Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • LinkedIn - Gris Cercle

Copyright © 2019 | Empowerment Foundation | info(at)empowerment.foundation

News from the future #1 - Acheter une voiture? Mais quelle idée!

Mis à jour : 5 mars 2019


4.03.2029. Voilà plus de 10 ans que Carlos Ghosn est derrière les barreaux. C’est depuis le centre de détention de Kosuge, au nord-est de Tokyo, que l’ex homme d’affaires soufflera sa 75ème bougie. Et c’est dans les journaux auxquels il a accès depuis cette petite cellule qu’il a vu son empire se disloquer. Comme les autres géants de l’automobile, Renault-Nissan-Mitsubishi s’est vu réduit en une décennie en un simple fournisseur de commodité. Qu’ils s’appellent "Drive the future" chez Renault ou “Transform 2025+” chez Volkswagen, les grands plans numériques des constructeurs (et les milliards dépensés) n’y ont rien changé: l’industrie automobile, emblème du 20e siècle, ne représente plus rien.


Aujourd’hui la mobilité se consomme comme l’électricité ou internet, partout, tout le temps et à volonté. J’indique ma destination sur mon smartphone et le meilleur enchaînement m’est proposé: je monte sur un vélo en libre service, monte dans un tram, puis dans une véhicule autonome déjà occupé par quatre collègues. Acheter une voiture ? Mais quelle idée !


"Monétiser les services offerts dans les habitacles est devenu bien plus rémunérateur que la vente de véhicules elle-même."



En 2029, les équipementiers sont devenus plus puissants que les constructeurs qui les ont mis sous pression pendant si longtemps. Pas simple de se séparer de son héritage. Malgré leur bonne volonté, les fabricants de voitures sont restés empêtrés dans leur passé fait de chevaux, de mécanique bien huilée et de lean manufacturing. Monétiser les services offerts dans les habitacles est devenu bien plus rémunérateur que la vente de véhicules elle-même. Holoride, entreprise pionnière de la réalité augmentée synchronisée avec le moyen de transport, est aujourd’hui plus valorisée qu’Audi, chez qui elle est née début 2019.


Après un trajet, je me souviens de ce que j’ai vu, entendu, lu, grâce aux différents services d’infotainment auxquels j’ai eu accès via les écrans et diverses surfaces vitrées présentes dans le véhicule que je viens d’emprunter. Mais je n’ai aucune idée de la marque de ce véhicule. Quelle importance ?



"Même maquillés de modernité, les salons de l’automobile ne faisaient plus rêver personnes."




Pour le salon de l’automobile de Genève, 2005 fut l’année du centenaire… et le début de la fin. Après avoir perdu près de 100 000 visiteurs en 10 ans, cette institution du secteur n’a eu d’autre choix que de se transformer, dès 2020, en “salon de la mobilité”. Ses organisateurs ont alors invité les opérateurs ferroviaires, les fabricants de vélo et même les fournisseurs de trottinettes en libre service à venir se présenter dans leurs allées. Tout cela n’a pas suffi à convaincre Tesla ou encore Waymo, qui employait déjà près de 1000 personnes à l’époque, à venir se pavaner dans ces manifestations d’un autre âge. Même maquillés de modernité, les salons de l’automobile ne faisaient plus rêver personne, qu’ils se déroulent à Genève, Detroit, Paris ou Francfort. Leur lustre s’est recouvert de poussière. Les images qu’il nous en reste illustrent désormais le chapitre “industrie” des cours d’histoire de l’économie.


En 2018, il s’est vendu moins de véhicules (à carburant fossile) qu’en 2017, et ce sur les trois plus grands marchés automobiles du monde (USA, Chine, Europe). Une première depuis 1992.


Des chiffres qui, bien qu’il était déjà incarcéré, n’avaient certainement pas échappé à Carlos Ghosn, “l’une des figures les plus flamboyantes et impitoyables qu’ait jamais comptées la grande famille internationale des capitaines d’industrie” selon le New York Times. En lisant ces mots, lui que l’on disait visionnaire a d’ailleurs dû se dire que “capitaine d’industrie”, titre encore si convoité au début des années 2000, ne faisait plus rêver personne non plus.





Charles Foucault-Dumas

Directeur - Empowerment Foundation

charles@empowerment.foundation


Texte écrit en écoutant:

Nightcall

de Kavinsky