Raconter de grandes histoires par Nigel Roth



En 1918, alors que l'Est des États-Unis perdait son dernier perroquet de Caroline, lequel avait été arraché à son milieu naturel et condamné à vivre ses derniers coups de bec dans une cage entièrement artificielle au zoo de Cincinnati, Robert Pershing Wadlow naissait.


Vous le connaissez sans doute comme la personne la plus grande qui aie jamais vécu.


Originaire d'Alton, près de St Louis, dans l’Illinois, Wadlow atteignit la taille étonnante de 2,72 mètres et un poids de 199 kilos.


Certes il n’est mort qu’à l'âge de vingt-deux ans, mais pas avant d'avoir été mesuré avec précision, observé comme le perroquet de Caroline dans sa prison de l’Ohio, et photographié sous toutes les coutures.


L'ironie est que nous ne savons pas vraiment s'il était la plus grande personne de tous les temps.


Nous savons en revanche que le robot Gundam, qui mesure dix-huit mètres, est le plus grand robot du monde, et probablement de tous les temps. S'inspirant du style de la série animée des années 1970, Mobile Suit Gundam, le robot s'est rendu le mois dernier à son nouveau domicile dans le port de Yokohama, au Japon, où il résidera avec bonheur et pourra être admiré.


Mais ce n'est pas encore un être humain à part entière. Il existe en revanche au moins quatre autres hommes qui pourraient revendiquer le titre de plus grand, mais leur taille n'a pas été officiellement enregistrée.


Il y eut d’abord l'Américain John Aasen, dont les ancêtres norvégiens étaient particulièrement grands. Sa mère, elle-même, disait qu'il mesurait 2,20 mètres. Illégitime à la naissance, orphelin à douze ans, Aasen devint acteur de cinéma muet et joua dans des spectacles de seconde zone ; tout cela grâce à sa taille prétendue de 2,74 mètres.


John Middleton, dont la taille aurait été de 2,82 mètres était connu sous le nom de "Childe of Hale". Ce géant né en 1578, près de Liverpool, en Angleterre, était une curiosité tant auprès de ses concitoyens élisabéthains que du roi Jacques Ier, grâce auquel il amassa l’équivalent de huit mille dollars en monnaie d'aujourd'hui, pour avoir lutté pour le plaisir de la Cour. Il fut toutefois délesté de sa fortune par quelques compagnons déloyaux.


Si l'on ne croit pas à la taille de ces deux montagnes humaines, peut-être que le Russe Féodor Andreïevitch Machnow pourrait rivaliser avec Wadlow. Il était légèrement plus grand que Middleton, c'est ce que raconte l'histoire du moins, atteignant 2,83 mètres à sa mort en 1912. Il succomba des suites d’une pneumonie ou d’un empoisonnement, après une série de tournées mondiales harassante.


Et si Machnow ne vous convainc pas, qu'en est-il du plus grand de tous, le colossal géant de Castelnau, dont les fragments d'os ont montré, lors de fouilles à la fin du XIXe siècle, qu'il (ou elle) mesurait environ 3,50 mètres. Découverts par l'anthropologue français le Comte Georges Vacher de Lapouge, les os provenaient d'un tertre funéraire de l'âge du bronze, et semblaient dater du Néolithique. Lapouge a le titre peu enviable de fondateur de l'"anthroposociologie", une discipline qui vise à confirmer la supériorité de certaines "races" sur d'autres.


Le titre de Wadlow doit ainsi être un peu revu : Il est certainement la personne la plus grande que nous connaissions.


Et ce n'est pas tout à fait exact non plus.


L'Américain John F Carroll, l'Ukrainien Leonid Stadnyk, la Bangladeshi Jinna Ali, et l'Indien Vikas Uppal, mesuraient tous plus de 2,50 mètres. Comme ils ont refusé d'être mesurés avec précision, nous ne saurons jamais avec précision quelle était leur taille réelle.


Wadlow est donc en fait la personne la plus grande que nous ayons jamais mesurée avec précision.


Et puis voilà une autre raison de relativiser l’exploit de Wadlow en le rendant beaucoup moins spectaculaire en tant que géant.


En créant l'humanoïde Gundam, les ingénieurs ont passé six ans à faire en sorte que le géant tienne debout en toute sécurité. Toutes les pièces qui le composent ont donc été parfaitement façonnées pour lui permettre de se plier aisément, de bouger ses membres et de faire généralement ce que font les humains sans difficulté. Pas facile quand on pèse vingt-cinq tonnes.


Et pas facile quand votre croissance est le résultat de plusieurs comorbidités. Le développement inhabituel de Wadlow était en réalité dû à l'hyperplasie, une augmentation insolite du tissu organique dans son hypophyse. Cette pathologie a induit la sécrétion d’un taux d’hormone de croissance bien plus élevé que la normale. Comme c'est le cas pour la plupart de ceux qui revendiquent le statut de "plus grand", c’est donc à la maladie que Wadlow devait sa taille incroyable, sa vie difficile et sa mort précoce.


Ainsi, en fait, Wadlow était la plus grande personne que nous connaissions atteint d’une pathologie ; grand bien sûr mais pas exactement un vrai géant.


Pour en trouver un, nous devons explorer la vie de la plus grande personne en bonne santé mesurée avec précision, qui ait jamais vécu, et dont le nom, oublié depuis longtemps, est Angus MacAskill.


Pour trouver notre vrai géant, rendons-nous sur l’île lointaine de Berneray dans le Sound of Harris, dans les Hébrides extérieures écossaises. Berneray, qui signifie "île de Bjorn" en Norvégien, était un port de marins scandinaves. Comme preuve de leur passage, on y trouve d'anciens sites sacrés et des forteresses vikings.


Et c'est là que, par un jour magique de 1825, Angus MacAskill est né.


Le père de MacAskill mesurait en moyenne 1,75 mètre, sa mère était plus petite, et il était de taille très ordinaire à la naissance, tout comme ses douze frères et sœurs. Après avoir passé quelque temps à Berneray sur l'Uist du Nord, la famille s’installa au nord-est, à Stornoway, capitale de Lewis et Harris, et chef-lieu des Western Isles, avant de profiter de la loi de 1828 réglementant le transport de passagers dans les navires marchands, pour faire le voyage vers le Canada,


Ainsi, MacAskill, six ans, quitta la vieille Écosse pour la nouvelle Écosse, et une autre île, le Cap Breton, dans le Nouveau Monde.


L'air canadien lui fit du bien. Il grandit rapidement et était proportionnellement aussi fort qu'il était grand et large.


Un soir, alors que des pêcheurs déchargeaient leurs prises de truites brunes et de bars rayés, de saumons, de cabillauds et de flets, MacAskill et ses amis s’embarquèrent sur un petit bateau de pêche, pour se rendre sur la côte sud-ouest de la baie de St Anns, où lui et sa famille avaient pris racine, à North Sydney, sur la côte nord.


La piste de danse était animée, comme le badinage des jeunes hommes et des jeunes filles en quête d'un peu d'excitation et de flirt. Entre les danses, les rires, les taquineries et les provocations, la soirée passa à toute allure. À un moment donné, un désaccord surgit entre MacAskill, dont la légèreté tranchait avec le gabarit, et un autre danseur et il lui asséna un coup de poing bien droit dans la mâchoire, si fort que l'homme resta inconscient longtemps. MacAskill fut retrouvé agenouillé, priant qu'il ne l’eût pas tué.


À l'âge de vingt ans, MacAskill mesurait 2,24 mètres et pesait 193 kilos, avec des épaules de 110 centimètres de large. Ces caractéristiques lui permirent de lever l'ancre d'un bateau de 28 livres à hauteur de poitrine, de transporter à volonté des barils de 160 livres et de vider son bateau en le renversant entièrement, pendant que ses collègues pêcheurs écopaient les leurs, un seau à la fois.


Une fois à maturité, MacAskill avait des paumes de 20 centimètres de large et 30 de long, il avait des poignets de 34 centimètres de circonférence et des chevilles de 46 centimètres. Ses bottes mesuraient presque un demi-mètre de long.


Il se tenait droit, sans bâton ni canne, et sans anomalie physique, à 2,36 mètres du sol. Il avait une poitrine immense pour un homme non obèse qui mesurait deux mètres.


Sa taille colossale n’échappa pas à l'attention du plus vil des exploiteurs, Phineas Taylor Barnum, qui l’invita à se joindre à son freak show, ce que MacAskill fit en 1849. La reine Alexandrina Victoria demanda également à "Gille Mòr", le Big Boy, de se produire pour elle, et elle le déclara "l'homme le plus grand, le plus robuste et le plus fort à avoir jamais pénétré dans le palais". Elle lui offrit des bibelots en signe de sa gratitude éternelle.


Lorsque le géant à la voix douce en eut assez d'être dévisagé, il rentra chez lui, acheta un moulin et un magasin, et vécut la vie d'un homme ordinaire jusqu'à sa mort, en août 1863.


Sa mort ne fut signalée que localement, et il fut enterré paisiblement aux côtés de ses parents, dont les tombes étaient plus petites que la sienne. Sa maison avec sa porte massive, resta debout pendant de nombreuses années, jusqu'à ce qu'elle tombe en ruine et soit perdue pour l'histoire.


Mais ici, on se souviendra de lui comme d'un véritable géant du passé, et il rejoint maintenant l'homme Gundam, un véritable géant du futur.


Picture Wendy Wei

4 vues

©2020 par Empowerment foundation