Reflet dans mon miroir par Sylvaine Perret-Gentil


Tout avait été mis en œuvre pour protéger mes données génétiques et, surtout, la récente numérisation de mon cerveau grâce au nanorobot qui a scanné ma boîte crânienne. Le tout était secrètement stocké sur le cloud des services spéciaux de l'État avec un algorithme de cryptage multicouches, supposé inviolable. Seulement voilà, l’impossible survint. Un hackeur est parvenu à investir la forteresse informatique.


Pourquoi a-t-on exigé un stockage de ma personne ? Parce que la survie de l'État dépend de mes travaux. Selon le Ministère de la défense, s’il m'arrivait malheur, mon clone serait en mesure de prendre le relais. Je ne le crois pas, mais j’ai préféré me taire. Il y a des sujets sur lesquels la discussion est délicate avec les transhumanistes.


Ma véritable identité n'a jamais été révélée. Mon nom d'emprunt est Doran Sorx. J'aurai 48 ans, cette année, le 13 octobre 2069. On me considère comme l'un des plus grands scientifiques au monde. J’ai deux doctorats, en microbiologie et chimie organique physique. Depuis quelques années, on me surnomme le Magicien.


Je suis le seul spécialiste de la santé de l'eau. Je suis capable de codifier des procédés qui permettent de la régénérer totalement, qu'elle soit polluée ou criminellement contaminée. Quand la contamination est terroriste, la difficulté réside dans l’identification des poisons utilisés. Il s'agit souvent de nouveaux « cocktails » chimiques, viraux ou bactériens mis au point dans les laboratoires des grandes puissances mondiales. Ces contaminateurs sont vendus sur des marchés parallèles. Cela rapporte un argent fou dans la nouvelle guerre de l’eau.


Je suis citoyen d'un petit État du monde très développé, qui vit sous la menace constante de pays voisins, qui sont des États voyous. Les moyens de guerre ont changé ces dernières décennies. On a utilisé les virus informatiques pour bloquer le fonctionnement des centrales électriques et paralyser certains systèmes informatiques étatiques ou bancaires. Mais c'était relativement facile à déjouer, car la riposte était déjà prête, chaque état s'y préparant depuis longtemps. Ce sont surtout les modifications climatiques qui ont aidé les états terroristes. Ces changements ont appauvri les ressources en eau dans bien des régions du monde. Entrées en bourse, les sociétés d'exploitation de l'eau consommable des pays dont c'est encore une richesse, font des bénéfices exponentiels. De nombreux pays se battent pour survivre avec un manque chronique d'eau potable. Tous n'ont pas les ressources financières pour en acheter. Des conflits éclatent dans certaines régions frontières pour cet enjeu vital. Surtout, la contamination de l’eau raréfiée est devenue une arme terrible maniée par des États ennemis.


Vous imaginez bien dans ce contexte la valeur de mon expertise. Malgré les protections dont je dispose, je suis en danger. Je suis si convoité que j'ai fait l'objet de cinq tentatives d'enlèvement. Je suis si dérangeant que l'on a essayé deux fois de m'assassiner. J'ai déjà paré à quelques attaques sur nos sources et lacs. Jusqu'ici, mon pays a pu résister aux visées expansionnistes de ses voisins.


Un espion a dû infiltrer nos services pour que l’information du stockage de mes données fût connue. Ce vol est une catastrophe aux yeux des autorités de mon pays. Elles ne savent pas en main de qui elles se trouvent. Mon clonage est certainement déjà réalisé à l'heure qu'il est. Les collaborateurs des services secrets ne sont pas encore parvenus à localiser mon double.


Chacun se pose subitement tant de questions sans réponse ! Mon clone est-il un être indépendant de moi qui suis encore vivant ? Puis-je me mettre en lien avec lui et le téléguider à distance puisque il est mon double ? Comment établir ce contact si la télépathie passe par d'autres composantes humaines que celles que l'on est capable de cloner ? Ma copie est-elle capable de juger de la situation et de discerner la bonne ou la mauvaise cause pour laquelle elle doit travailler. Où se loge la conscience ? De toutes les données de mon être qui ont été séquencées et numérisées, y a-t-il une chance qu'une part au moins de ma conscience y soit préservée ? Mon clonage a-t-il été « enrichi » de données supplémentaires susceptibles de me modifier ou m'améliorer dans l’intérêt de ceux qui m'ont volé ?


Bref, chacun est dans l'effroi de la menace que mon autre moi fait peser sur l'avenir du pays. Serai-je encore capable de déjouer les pièges que mon double également doué aura créés ? Tout cela me fait sourire. Dans mon for intérieur, une part de mon être sait que, jamais, mon double ne sera en mesure de travailler à mon niveau. Tous ces gens réduisent mon expertise à mes connaissances scientifiques. Dans le fond, je ne serais qu'un faiseur de formules doué, tel un ordinateur créant des algorithmes. Ce qu'ils ne saisissent pas, même ceux qui m’admirent le plus, c’est l'inspiration qui me guide. Ils n'ont même pas la conscience de ce que suppose le surnom de Magicien qu'ils m'ont donné.


Je suis effectivement un alchimiste. C'est l'eau elle-même qui m'inspire, me souffle les réponses. C'est comme si l'eau me parlait. Mes connaissances scientifiques sont un support, un moyen de traduire et de codifier des remèdes compliqués. Il y a un secret dans les chemins que nous parcourons, l'eau et moi, pour trouver l'antidote au poison qui la met à mort. Jamais mon clone n'aura accès à cette part de mystère. Elle relève d'une dimension que personne sur terre ne peut lui insuffler. C'est ce qui fait que je suis un être humain, avec mes aspirations, mes intuitions et ma sensibilité, comment dirais-je … avec mon âme qui me relie à la création et au mystère de l'univers tout entier. Mon clone a mon physique, ma génétique, mon hérédité, mes capacités intellectuelles, ma mémoire terrestre, mais il n’est que ma dimension matérielle et intellectuelle. Il lui manque l'étincelle de Vie qui m’anime. Il ne sera jamais un autre Moi complet. Et il ne pourra rien.

117 vues

©2020 par Empowerment foundation