Rechercher

The Fort of Jewels (version française) par Nigel Roth



Tout d'abord, j'aimerais vous présenter Reis Mourad le Jeune.


Mourad, dont le vrai nom était Jan Janszoon van Haarlem, était un pirate hollandais, l'un des redoutables corsaires barbaresques.


Il s'était converti à l'Islam, après avoir été capturé par l'un des États maures, pour échapper probablement à un sort pire que la conversion religieuse, et s'était "transformé en Turc", comme on disait, avant de naviguer en haute mer avec les autres pirates de Salé.


Non content de passer de navires innocents en baies hors-la-loi, et de semer la pagaille en chemin, Mourad contribua à la fondation de la République de Salé, une ville-état dans l'actuel Maroc, où avec un groupe de Morisques, des musulmans et leurs descendants que l'église catholique romaine avait exigé de convertir au christianisme, vivaient, aimaient et faisaient le commerce d'esclaves.


Je vous propose maintenant de rencontrer les gentils habitants de Baltimore.


Baltimore, ou Dún na Séad, qui signifie "fort des joyaux", était un petit village du comté de Cork, dans la paroisse la plus au sud de l'Irlande. Le vrai nom de Baltimore était Baile an Tí Mhóir, qui n'a rien à voir avec les bijoux, et signifie la "ville de la grande maison". La grande maison, dans ce cas, était le château des O'Driscoll, nommé Dún na Séad, d'où le lien avec les bijoux.


Ces deux entités - Mourad et Baltimore - se sont rencontrées en 1631, avec de terribles conséquences.


Les habitants de Baltimore, principalement des pêcheurs anglais immigrés louant des terres à Sir Fineen O'Driscoll, ne virent pas la flotte de navires approcher dans le brouillard du matin et continuèrent à pêcher sans se douter du malheur qui les attendait.


Malheureusement pour la bourgade, l'un des navires qui se dirigeait vers eux était commandé par le pirate irlandais John Hackett. Il avait gagné sa liberté en promettant de guider la horde de Mourad vers cette région relativement calme et aux eaux sûres.


Nous reviendrons sur ce qui s'est passé lorsqu'ils auront débarqué dans une seconde.


Les pirates, un terme qui englobe aussi bien les despotes comme Mourad que les corsaires comme le capitaine William Kidd, étaient employés par les gouvernements pour capturer les navires ennemis, jusqu'à ce que les ennemis deviennent amis, et que le corsaire devienne un pirate à son insu, en épluchant ses mangues.


Ils étaient une étrange combinaison de tyrans barbares et d'inventeurs avisés.


Par exemple, beaucoup portaient un bandeau sur un œil, même s'ils en avaient deux en parfait état de fonctionnement, parce que le fait d'en fermer un les aidait à circuler plus rapidement du pont ensoleillé à l'obscurité de l’intérieur.

S'ils perdaient une jambe ou un bras au cours d'un combat, il existait un plan d'indemnisation des travailleurs qui offrait une somme d'argent raisonnable pour le membre manquant et, si le pirate décidait ensuite de se retirer complètement du service, un plan de retraite le transportait en toute sécurité vers une vie plus agréable et moins chaotique le long de la côte des Amériques.


Loin d'être déconnectés en haute mer, les pirates géraient un système de courrier très ingénieux, partagé par tous, qui leur permettait de rester en contact régulier avec leur famille et leurs amis, leurs enfants et le club de bowling, alors qu'ils labouraient les vagues et pillaient les océans.


Ils étaient aussi des employeurs offrant une égalité des chances.


Les boucanières Jeanne de Clisson et Mary Read, les Irlandaises Grace O'Malley et Anne Bonny, et la pirate américaine Rachel Wall, pendue à vingt-neuf ans pour son choix de vie et les crimes qui y sont associés, étaient traitées sur un pied d'égalité avec leurs pairs.


La commandante chinoise Madame Ching Shih dirigea la flotte du Drapeau rouge, qui comptait plus de trois cents navires et environ quarante mille hommes, avant d'utiliser son vaste trésor pour ouvrir une maison de jeu et vivre en paix jusqu'à l'âge de soixante-dix ans.


De nombreux pirates étaient également des mécènes.


Les livres et les cartes étaient très appréciés, et aidaient à supporter les mois en mer et à soulager le blues de la grisaille. Le boucanier Bartholomew Sharp, qui s'adonnait au pillage sur la côte Pacifique de l'Amérique, était tellement ravi d'avoir capturé une carte extrêmement rare qu'il en fit éditer une version pour Guillaume d'Orange, alors roi d'Angleterre, avec qui il partageait l'année de naissance et celle de leur mort.


Lorsque les livres ne suffisaient pas, les pirates se tournaient vers l'orchestre et la troupe de théâtre du navire.


Le pirate gallois John Bartholomew "Black Bart" Roberts veillait à ce que les musiciens se reposent le jour du Sabbath, érigeant ce congé en droit à bord de ses quatre cent soixante-dix navires, dont le Royal Rover, le Fortune, le Good Fortune, le Royal Fortune, le Ranger et le Little Ranger, des noms qui m'auraient complètement désorienté et qui m'ont fourni mon pseudonyme de pirate.


À condition, bien sûr, que tous soient couchés avec un livre à une heure raisonnable, qu'ils soient frais et dispos pour le pillage tôt le lendemain matin, que "les lumières et les bougies soient éteintes à huit heures du soir". Ils devaient être installés dans des hamacs qui se balançaient de façon optimisée avec les mouvements du navire pour garantir une bonne nuit de sommeil.


Le bien-être des pirates était important pour les commandants, qu'il s'agisse du régime alimentaire composé de viandes salées et de légumes fermentés, de bétail bien entretenu pour fournir du lait, des œufs et de la viande fraîche, ou du paiement régulier et du partage du butin, qui offrait à beaucoup un bien meilleur niveau de vie que s'ils avaient rejoint ou étaient restés dans la marine.


Les pirates, et en particulier leurs capitaines élus démocratiquement, étaient parmi les meilleurs commerçants qui aient jamais navigué en haute mer tout en terrifiant des innocents.

S'ils respectaient tous l'omniprésent code des pirates, leur individualité s'exprimait dans des ornements comme leurs drapeaux, remplis de symboles tels que des squelettes et du sang, des crânes et des os, et encore du sang.


Et, bien sûr, lorsque les pirates débarquaient, ils venaient dépenser leur butin, à l’instar du capitaine Henry Avery, parvenu à faire main basse sur deux cents millions de dollars en une seule nuit, et stimulaient l'économie locale en apportant richesse et possibilités d'emploi aux villes déshéritées le long des côtes.


Je suppose que c'est ce que les pêcheurs de Baltimore auraient espéré s'ils avaient vu les navires approcher ce soir de juin, avec à leur bord plus de deux cents corsaires barbaresques réclamant du butin et du butin.


Mais ils ne les ont pas vus.


Mourad et sa compagnie lancèrent une attaque surprise, brûlant les chaumières et emportant cent sept villageois avec eux dans le long voyage de retour vers les marchés humains d'Afrique du Nord, où ils moururent comme esclaves ou concubines dans les harems des sultans.


On n'a plus jamais entendu parler que de trois des captifs.


La raison pour laquelle Reis Mourad le Jeune a choisi Baltimore comme cible reste un mystère.


Il se peut que John Hackett ait simplement recommandé cette ville non défendue, munie d’un accès au rivage, et à tout le poisson frais, riche en acides gras oméga-3, calcium et minéraux, qu'ils pouvaient manger. Ou alors, il s'agissait du plan diabolique d'un propriétaire terrien rival, Sir Walter Coppinger, qui convoitait Baltimore depuis longtemps.


Quoi qu'il en soit, une chose est sûre.


Les pirates avaient deux facettes très différentes, et si vous devez donner un nom à votre ville, le "fort des joyaux" n'est probablement pas le meilleur choix.


Parler ?


photo by Mark Neal

Logo Header.png