Rechercher

Thirteen-thousand Reasons (version française) par Nigel Roth



Il existe un territoire autonome, situé entre l'Irlande et la Grande-Bretagne. Il est dirigé par un lieutenant-gouverneur qui rend compte, de temps à autre, au Lord de Man qui, en ce moment précis, n’est autre que la reine Elizabeth II.


Et la reine lorsqu’elle n’est pas assise au coin du feu en train de pincer les lèvres, joue avec sa bande de Pembroke Welsh Corgis dans l'herbe royale, même si le dernier d'entre eux est apparemment mort l'année dernière.


L'île de Man cependant est surtout célèbre pour son spectre d’un autre animal, dont la plupart des habitants aimeraient que l’on oublie cette association, en me chassant de l'île avec leur horreur à trois pattes et leurs bouquets de séneçons.


En 1935, un enquêteur du paranormal appelé Harry Price arriva sur l'île de Man pour enquêter sur Gef, une mangouste fantôme qui aurait parlé.


Paradoxalement, Harry Price était en fait la véritable énigme, et une énigme bien plus conséquente que Gef.


Price débuta dans la vie avec un pied dans deux camps distincts. D'un côté, il croyait à toute une série d'événements et d'expériences paranormales et d’autre part, il dédia sa vie à démystifier le faux et le frauduleux.


Mais son véritable génie était de savoir quand faire quoi, pour hisser son prestige stratosphérique, en écrivant furieusement sur chaque événement afin de satisfaire les besoins de son ego insatiable.


Bien qu'il ait prétendu être né sur les collines du Shropshire, comté dans lequel il aurait situé sa première expérience dramatique d’esprit-frappeur, il est en fait né à Holborn, à Londres où il a fait ses études.


Il devint rapidement un pionnier de l'investigation paranormale, alors que personne d'autre ne le faisait, se créant ainsi une aura de compétences académiques qu'il défendait férocement, évoquant ses premières expériences de télégraphie spatiale en terminant par l’examen de la mangouste Gef.


Entre-temps, il avait rejoint la Society for Psychical Research (SPR) et, en tant que magicien amateur accompli s'était fait une réputation, en démystifiant les médiums charlatans, comme Rudi Schneider.


Schneider était à l'origine un favori de Price, dont ce dernier avait d'abord célébré les qualités médiumniques suprêmes, dont sa capacité de faire léviter des objets et de communier librement avec les morts.


Puis, une photographie apparut comme par enchantement, dans laquelle Price montrait que Schneider utilisait un bras pour déloger un objet censé être déplacé par l'énergie psychocinétique.


Cette photo mit brusquement fin à la carrière de Schneider mais dora un peu plus le blason de Price. Cela irrita beaucoup le SPR, et un fossé se creusa entre Price, que beaucoup accusèrent d'avoir délibérément manipulé la photographie pour discréditer Schneider, et toutes les personnes impliquées dans l'organisation de l'expérience. Une débâcle dont Price a dû se réjouir ou peut-être pas.


Et il en fit un récit.


Mais le cas de Gef a dû être une douce musique aux oreilles barnumesques de Price.


Gef était apparemment apparu aux Irving un soir, dans leur ferme isolée, et s'était mise à parler dans plusieurs langues couramment. Une note merveilleuse a été écrite par un sceptique du phénomène Gef, dans laquelle il est relevé qu'il était tout à fait ridicule qu'une mangouste puisse apprendre autant de langues.


Quoi qu'il en soit, Price et