Rechercher

This mortal curl (version française) par Nigel Roth

Mis à jour : avr. 10



Imaginez que vous êtes au supermarché avec votre fils, que nous appellerons Pierre.


Vous venez de vous arrêter pour examiner les kumquats ou les kiwanos, lorsque du coin de l'œil vous voyez une personne se diriger vers vous, un sourire amical sur le visage.


Vous n'arrivez pas à détacher votre regard, mais vous ne voulez pas non plus la dévisager, et l'étranger se rapproche encore davantage, il a maintenant un bras vaguement menaçant tendu avec des doigts apparemment sans fin, et il se dirige droit vers vous.


Vous avez un moment pensé que vous les connaissiez, ou au moins qu'il vous connaît, ou que vous étiez en train de rêver.


Mais ce n'est pas un rêve.


Vous observez maintenant la personne de près, sans trop savoir quel est le but de sa mission, et vous frémissez un peu à mesure qu'elle avance. Vous vous raidissez dans une sorte de peur, et elle fait un drôle de pas de danse à la Carmen Miranda. Puis elle est soudainement à portée de main, et vous grimacez ostensiblement par anticipation.


Et puis, sans avertissement, ni présentation, elle tend les doigts, toujours souriante, et touche les cheveux de votre enfant.


Alors que la Grande-Bretagne a observé une minute de silence cette semaine pour commémorer les douze mois qui se sont écoulés depuis l'annonce du premier confinement, j'ai commencé à réfléchir à tout ce que cette longue année d'absence totale d'interaction avec les gens avait pu apporter de positif.


Il est certain que cette période a été l'une des plus étranges et des plus difficiles que beaucoup d'entre nous ont eu à vivre, en termes de contacts sociaux, mais il y a ceux pour qui peu ou pas d'interaction sociale a toujours été la norme. Et pour d'autres, le contact social s'est poursuivi de manière virtuelle, ce qui n'offre pas la même intimité, mais au moins on ne les hume pas.


Mais une chose m'est soudain revenue à l'esprit, du temps où, avant la pandémie, je faisais des choses complètement folles, comme faire les courses, aller au cinéma, faire la queue à la banque ou m'asseoir pour boire un café.


Se toucher les cheveux.


C'est très présomptueux que les gens procèdent ainsi, je m'en souviens, et je suis sûre que cela procède de la bienveillance de leur cœur, mais depuis quand des inconnus croient-ils qu'il est acceptable de toucher les cheveux d'une personne, en particulier ceux de mon enfant ? Je me demande quand ils ont commencé à penser qu'il était admissible de poser leurs mains sur n'importe quelle partie du corps d'une autre personne, en public, sans demander d'abord ?


Qui a dit : "Oui, vas-y, Florence, mets tes doigts dans les boucles de cet étranger, pour voir ce que ça fait" ?


Personne n'a dit ça, j'en suis presque sûr.


Et pourtant, il semble courant pour beaucoup de tendre la main et de caresser les cheveux des enfants, de la même manière que les gens se sentent à l'aise de toucher un ventre de femme enceinte ou le plâtre qui immobilise votre bras pendant que la fracture guérit après que vous ayez frappé la dernière personne qui a touché les cheveux de votre enfant.


Je comprends que les boucles dorées sont assez rares et que le fait de voir des jeunes avec des frisettes induit probablement un sentiment de bonheur, en libérant des endorphines ou quelque chose comme ça, bien que je n'aie pas étudié ce phénomène et que je ne puisse pas le prouver.


Évidemment, j'ai de la compassion pour le fait que de nombreuses personnes ressentent le besoin de connecter, et toucher des cheveux peut être une façon de le faire d'une manière qui leur semble assez sûre. Mais ce n'est pas vraiment une excuse.